« Le ciel attendra »

Le samedi 22 avril, le  Rex, à Châtenay-Malabry, a projeté le film « Le ciel attendra », un film qui montre  les drames vécus dans des familles d’enfants qui se radicalisent.

A la suite de la projection, le Groupe d’Amitié Islamo-Chrétienne et l’Institut Andalus ont proposé  un échange sur le thème : « Comment protéger nos enfants des dérives idéologiques ? »

 De cet échange, nous retiendrons les points suivants :

Un professeur de collège a regretté la tellement grande dépendance des jeunes à leur portable, une dépendance qui les rend vulnérables à de si nombreuses sollicitations destructrices…

L’imam Hachim Said Hassan a été sensible  à  la séquence qui montre Mélanie, la jeune convertie traiter de mécréante une de ses amies, musulmane de naissance, qui lui fait part du peu d’importance à accorder aux  contraintes qu’elle se donne « au nom de la vraie religion ». Pour lui, cela mériterait une discussion approfondie car cette question se pose aujourd’hui…

L’imam Mohamed Bachir a rappelé que le phénomène de la radicalisation est idéologique. Aucune religion ou doctrine n’est à l’abri d’un excès pouvant conduire à un extrémisme ou à un fanatisme.

Il a suggéré  3 axes de réflexion :

–  Identifier les causes de radicalisation.

–  Elaborer un spectre fiable de signaux détectant le glissement vers la radicalisation.

– Mettre en place un ensemble de dispositifs complémentaires, mobilisant tous les partenaires pour désamorcer le processus de radicalisation.

Il a rappelé aussi, que l’idéal est d’agir en amont pour combler les manques susceptibles de générer de l’oisiveté ou de la frustration qui mettrait le jeune en état de réceptivité. A travers ses structures éducatives, familiales et spirituelles, la société doit veiller à nourrir les jeunes de principes éthiques et de repères culturels valorisants pour le prémunir contre les idéologies fanatiques.

Il a insisté enfin sur l’importance de la filiation : Savoir d’où l’on vient, ce que parents et grands-parents nous ont apporté, c’est important dans l’équilibre de chacun : Sonia le découvre au cours du long processus de sa déradicalisation. Il nous a signalé par ailleurs combien la violence, en particulier vis-à-vis des parents est un signe qui doit les alerter.

L’imam Hussein Tandjigora, nous a rappelé enfin que le Hidjab et le Niqab proviennent de traditions préislamiques que le wahhabisme a remis à la mode il y a 80 ans environ. Pour lui, si le Coran est parole de Dieu, vouloir imposer une interprétation de telle sourate et/ou du texte de façon plus large est inadmissible. L’interprétation des textes reste relative au contexte et au temps. La vérité est au-delà de toute interprétation humaine

La rencontre s’est terminée par la présentation de l’organisme susceptible d’être contacté par les parents lorsqu’ils ont un doute sur le comportement de l’un de leurs enfants :

Madame Fatna Chouikh, représentant le collectif « la Voie des Musulmans du 92, VM92″ a pris la parole pour situer l’action et le rôle de ce groupe qui fédère une douzaine de mosquées des Hauts de Seine. La VM92 a pour objectifs d’écouter  les parents  et de  les aider à protéger les enfants de la radicalisation d’une part et d’être un interlocuteur auprès des autorités pour identifier les signes de la radicalisation d’autre part. Elle nous a indiqué enfin, s’appuyant sur des exemples vécus, que le classement en « Fiche S » n’est pas toujours pertinent.

www.stop-djihadisme.gouv.fr      Tél : 0800 00 5696

Mustapha Kordjani   Jean-Pierre Bacqué